La bête du Dimanche

Avril 2013 – Cyprès 90x77x35 cm

Dans le grenier la bête du Gévaudan était bien là, tout au fond. Une véritable chimère, un aigle croisé de sanglier et d’auroch, de bois et de plume, de gueule et de cornes. Comme le cerf des bois pris dans les branchages et hurlant avec les loups, «la Bête», comme on l’appelait, était devenue un mythe, celui des peurs des enfants et des plus vieux aussi. Et maintenant elle était là, de sortie, endimanchée, en bonne place au salon, civilisée même, contente de participer au monde des hommes.

 A Sarrians un ami a ramassé cette souche pour que je la fasse revivre. Il est allé la chercher de l’autre côté du ruisseau où il l’avais aperçue. Mon ami est mort mais cette souche lui survivra pour une nouvelle vie qui lui doit aussi quelque chose.

 

 

 

Gisant dans un terrain vague entre Pouzols et Sainte Vallières dans le Minervois, cette souche avait résisté aux attaques des prédateurs en se cachant sous les herbes et les pierres. Il a fallu l’apprivoiser et la toiletter pour quelle révèle son nom. Pas simple la souche, entre la fontaine et l’officiant de quelque messe secrète elle consent à révéler sa force et sa beauté à qui sait l’apprivoiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*